Cérémonie commémorative de la Bataille de Vimy

Samedi 7 avril 2018

Voici les détails pour la commémoration de la Bataille de Vimy. (Il est à noter que le bulletin La Citadelle, décembre 2017, mentionnait que la parade aurait lieu le dimanche 8 avril. Cette date est maintenant le samedi 7 avril)

Quand : Samedi 7 avril 2018
Lieu : Citadelle de Québec
Tenue militaire - CF avec Médaille pour la messe / gabardine, gants pour la cérémonie à l'extérieur

09h00 café servi au Club Patenaude
10h00 Messe à la Chapelle
11h00 Cérémonie en présence d'une garde devant la croix de Vimy Les vétérans seront regroupés sur le flanc gauche de la garde, des places assises sont prévues.  Les autres militaires et spectateurs seront regroupés devant la chapelle, flanc droit de la garde.
12h00 Buffet froid servi au Club Patenaude

Pout toutes questions, veuillez contacter le capt-adjt au 418-694-2800 p 2908

La bataille de la crête de Vimy

La bataille de la crête de Vimy débuta à 5 h 30, le lundi de Pâques 9 avril 1917. La première vague de 20 000 soldats canadiens, chacun portant jusqu’à 36 kilogrammes d’équipement, avança en direction du tir meurtrier des mitrailleuses, la neige et la giboulée leur fouettant le visage.

Les Canadiens avançaient, précédés par un « barrage roulant ». Cette ligne précise de tir d’artillerie intensif progressait à un rythme prescrit, minuté. L’infanterie canadienne suivait la ligne des explosions de très près. Les soldats pouvaient ainsi prendre les positions allemandes dans les moments critiques après l’explosion, avant que les soldats ennemis n’émergent de leurs abris souterrains. Malgré les lourdes pertes qu’ont subies les bataillons des premières vagues, l’assaut canadien s’est poursuivi sans relâche. Vers midi, la majeure partie de la crête solidement défendue était capturée.

Le point le plus élevé de la crête a été prise le 10 avril au matin. Deux jours plus tard, les Canadiens s’emparaient du « Bourgeon », autre point élevé de la ligne de front. Les Allemands ont été contraints à battre en retraite. Les Alliés avaient maintenant pris le contrôle des hauteurs surplombant la plaine de Douai, une partie de la France qui était toujours occupée par l’Allemagne.

Les Corps canadien et britannique, au sud, avaient réussi à gagner plus de terrain, à capturer plus de prisonniers et à saisir plus de fusils que toute autre offensive britannique précédente. La bravoure dont ont fait preuve les soldats canadiens a valu à quatre d’entre eux la Croix de Victoria, la décoration militaire la plus distinguée au pays, pour des actes distincts au cours desquels ils ont pris des positions de mitrailleuses ennemies.

La bataille de la crête de Vimy a été un succès retentissant, mais la victoire a coûté très cher. Des 100 000 Canadiens qui se sont battus, environ 11 000 furent blessés, dont près de 3 600 mortellement. À la fin de la Première Guerre mondiale, le Canada, un pays d’à peine huit millions d’habitants, avait fourni plus de 650 000 militaires. Le bilan des victimes a été très lourd pour notre pays : plus de 66 000 Canadiens ont été tués et 170 000 ont été blessés.