Savez-vous ce que fait un sergent-major de division?

Nous tenons absolument à prendre quelques minutes pour vous faire connaitre nos deux sergents-majors de la 2e Division. Les deux sont issus des rangs du Royal 22e Régiment (R22eR), laissez-nous vous les présenter; l’Adjudant-chef Terry Garand, MMM, CD, Sergent-major de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) et l’Adjudant-chef Carol Jalbert, MMM, CD, Sergent-major (Réserve) 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est).


De gauche à droite ;
 Adjuc Carol Jalbert SM Réserve 2 Div Ca/FOI(E) et l’Adjuc Terry Garand SM 2 Div Ca/FOI(E)
Crédit photo ; Adjuc Gilbert SM 35 GBC

La 2e Division du Canada (2 Div CA) est une des six formations principales qui relèvent du Quartier général de l’Armée à Ottawa et inclut toutes les unités de la Force Régulière et de la Réserve de la province de Québec. Son rôle, comme celui des trois autres divisions du Canada, est de fournir des forces terrestres polyvalentes et prêtes au combat. Les troupes de la 2 Div CA peut être employées par les autres commandements pour des opérations spéciales, domestiques et expéditionnaires. La 2 Div CA est formée d’unités militaires de la province du Québec dont certaines existaient avant la Confédération.

Ce billet se veut un moment idéal pour laisser nos deux sergents-majors vous addresser quelques mots. Débutons par l’Adjudant-chef Garand ;

« Premièrement c’est un honneur pour moi d’être choisi pour le poste de Sergent-major de la 2e Division et de la FOI(E) et je remercie ceux qui grâce à leur leadership, mentorat, patience et aide m’ont préparé pour ce poste. Ma tâche primaire est d’être le partenaire d’équipe de commandement du Commandant de la 2e Division, le Brigadier-général J.P.H.H. Gosselin, OMM, MSM, CD, et son conseiller sur tout ce qui concerne les membres du rang (MR). Je travaille en équipe avec mon « binôme » de la Réserve, l’Adjudant-chef Carol Jalbert. Ensemble, nous travaillons pour assurer que les MR sont prêts à effectuer les missions énumérées dans PROTECTION, SÉCURITÉ, ENGAGEMENT, La Politique de Défense du Canada, ainsi que le Cadre opérationnel et stratégique de la 2e Division qui a trois grands axes, c’est-à-dire ; l’excellence en opération, le renforcement de nos équipes (Réguliers, Réservistes et Civils), et voir au bien-être de nos membres, de leurs familles, et les habiliter en ce sens. J’assiste aussi le Sergent-major de l’Armée, l’Adjuc Alain Guimond et travaille en coopération avec les sergents-majors de la 1er, 3e, 4e et 5e Divisons ainsi que ceux des unités qui les composent. »

Laissons maintenant l’Adjudant-chef Jalbert nous expliquer son travail;

« En ce qui concerne le sergent-major de la Réserve, je m’occupe principalement du développement professionnel des membres du rang ; que ce soit pour les cours de sous-officiers disponibles à St-Jean, pour les membres des deux brigades de Réserve, le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (2GPRC), la 4e Compagnie de Renseignement, et le personnel réserviste à temps plein de la Division (PRL). Je cherche également à faire comprendre les réalités auxquelles les réservistes ont à faire face dans lorsqu’ils portent l’uniforme et doivent composer avec leur emploi et leur vie civile. Je facilite l’accès aux cours pour les réservistes et j’explique aux différents centres d’instruction les contraintes que les candidats peuvent vivre pour être en mesure de réussir. Il m’arrive aussi d’expliquer à des employeurs civils, les avantages que représente le fait d’engager des réservistes dans leur entreprise. Je travaille également sur la rétention des militaires à demeurer dans les Forces armées canadiennes, en aidant d’anciens membres de la force Régulière, à joindre la Première réserve. Pour être réserviste, une personne doit être en mesure de conjuguer avec trois grandes priorités : sa vie de famille, son emploi civil et sa vie militaire. Un débalancement d’une facette par rapport à une autre ne peut durer très longtemps. Le secret est de savoir doser ces trois facettes.»

Ce qui nous préoccupe le plus, sont les incidents liés à l’OPÉRATION HONNEUR ainsi que les enjeux de santé mentale de nos membres. Il y a beaucoup d’efforts qui sont mis pour aider notre personnel. Il est souhaitable que toutes les femmes et les hommes qui sont victimes de comportements sexuels dommageables et inappropriés sachent que l’aide est disponible pour eux, sans crainte de représailles lorsque la plainte est fondée. L’important, est de signaler tout comportement inapproprié et surtout de demander de l’aide lorsque la situation le demande.

En terminant, si vous nous rencontrez sur votre base ou garnison, n’hésitez pas à venir nous nous saluer et discuter avec nous de votre travail et vos préoccupations.

Je me souviens